Bienvenue sur ce blog. Pour suivre le fil de l'histoire si vous n'êtes jamais venu.e, le mieux est de cliquer sur le libellé « Présentation et entrée en scène des personnages importants de l'histoire ». Vous pouvez ensuite bifurquer par exemple vers « la Geste de Lyon 2 », « 22 les v'là - tonfa company story », « Autofiction », ou encore feuilleter les saynètes de votre choix dans « Les saynètes du crea'tif ».

Ou bien aller fureter, selon vos goûts et envies, dans les libellés thématiques : « Anthropologie », « Réflexions théoriques », « Micro-histoire (microstoria) », « Plaint'if : la plainte de Lyon 2 », « Revendica'tif », « Féminisme », ou encore « Etre victime ? Débat sur "l'être victime" et ses parcours - à partir de l'exemple de l'inceste ».

Tous les libellés sont visibles plus bas dans la page, colonne située sur votre droite.
Bien sûr, n'oubliez pas de commencer par les billets du bas de l'écran.


Bonne lecture à vous, espérant qu'elle vous sera plaisante.

vendredi 13 septembre 2013

La vérité sur mon action.


Un exemple novateur d’utilisation d’internet pour diffuser sa recherche

 
Pour répondre à mon éviction de la candidature aux allocations doctorales en juillet 2010, j’avais choisi de m’inspirer des méthodes de lutte non violentes, qui « ne recherche[nt] pas la négation ou la destruction de l’adversaire, mais la mise au jour de l’objet du conflit sans attenter à l’intégrité physique ou morale de la partie adverse ».

Le but était d'abord de visibiliser et dénoncer ma situation, de manière graduellement étendue.

J’ai ainsi envoyé par mail aux membres du jury des allocations doctorales le dossier de candidature qu’ils venaient de refuser aveuglément d’examiner.
Sans réponse, je leur ai ensuite envoyé des extraits de mes travaux de master, sous forme de « feuilleton ».
J’ai ajouté quelques nouveaux destinataires, tirés essentiellement de ma bibliographie (fournie), lorsque je discutais les travaux de ces chercheurs, à chaque nouveau courriel.

J’ai ensuite évolué vers une newsletter centrée principalement sur la réflexion autour de ma thématique de recherche, l’actualité locale, et celle concernant l’Université.
J’y utilise souvent la forme de la saynète de théatre, la parodie, la caricature, la fiction pour mieux parler du réel.

J’ai ainsi développé un « fanzine » : gazette à périodicité variable, réalisée « par des amateurs passionnés pour d'autres passionnés », sous cette forme de groupe privé.
Fin novembre 2011, ce fanzine en était à son numéro 278, et comptait environ 300 abonnés.
Il en compte aujourd’hui 800.

Il ne comporte aucune injure. Selon moi, l’université entretient la confusion avec des courriels envoyés, à partir de mon éviction définitive de Lyon 2 le 10/09/2010, en privé, aux quelques enseignants de Lyon 2 très impliqués dans cette éviction. Envois effectués dans les moments culminants d’injustice à mon encontre. Par exemple à la réception du premier arrêté m’interdisant l’accès aux campus.

Ces courriels privés n’ont pour autant jamais comporté aucune menace envers ces enseignants.

Depuis le 11 juin 2012, le « best of » de ce fanzine est progressivement mis en ligne en accès public ici :

Blog « les best of du crea’tif » : http://crea-tifs.blogspot.fr



Signé : Sophie Perrin, brillante étudiante transformée en « dangereux élément extérieur » par le « pouvoir de parole » (Agier, 2006) des autorités légitimes à Lyon 2

Aucun commentaire:

Publier un commentaire