Bienvenue sur ce blog. Pour suivre le fil de l'histoire si vous n'êtes jamais venu.e, le mieux est de cliquer sur le libellé « Présentation et entrée en scène des personnages importants de l'histoire ». Vous pouvez ensuite bifurquer par exemple vers « la Geste de Lyon 2 », « 22 les v'là - tonfa company story », « Autofiction », ou encore feuilleter les saynètes de votre choix dans « Les saynètes du crea'tif ».

Ou bien aller fureter, selon vos goûts et envies, dans les libellés thématiques : « Anthropologie », « Réflexions théoriques », « Micro-histoire (microstoria) », « Plaint'if : la plainte de Lyon 2 », « Revendica'tif », « Féminisme », ou encore « Etre victime ? Débat sur "l'être victime" et ses parcours - à partir de l'exemple de l'inceste ».

Tous les libellés sont visibles plus bas dans la page, colonne située sur votre droite.
Bien sûr, n'oubliez pas de commencer par les billets du bas de l'écran.


Bonne lecture à vous, espérant qu'elle vous sera plaisante.

Le CREA'tif : késako ?


Le CREA'tif, au départ, c'est une liste mail née de l’éviction de Sophie Perrin, étudiante en reprise d’études en anthropologie, de l’accès au doctorat durant l’été 2010. Cette liste mail – peu à peu élargie (notamment) à tou.te.s les chercheurs.euses cité.e.s dans sa bibliographie de master, lui a alors servi à dénoncer sa situation, ainsi qu’à faire connaître ses recherches – dont une partie est aujourd’hui, de ce fait, en voie d’édition.
Puis cela devint, peu à peu, une newsletter, un fanzine, comportant des extraits de ces recherches, mais aussi des saynètes, des personnages de fiction…des points de vue sur l’actualité…et plein d’autres choses, qui, toutes, seront criminalisées par l’université Lyon 2 via sa plainte pénale de décembre 2010 contre l’auteure de ces lignes.
Pour avoir écrit, Sophie Perrin sera jugée folle par un expert psychiatre, suivi par un tribunal…c’est au soir de ce verdict infamant rendu en première instance, le 11 juin 2012, que sera créé le présent blog : selon le point de vue dominant, les courriels du CREA’tif sont du « harcèlement moral » ? Des courriels « d’une extrême violence » ? Voire une « véritable diarrhée électronique » (autrement dit : de la merde) ?
En réponse à ces qualificatifs dénigrants voire insultants, depuis le 11 juin 2012, les « best of » du CREA’tif sont donc rendus accessibles, peu à peu, de manière publique, via ce blog, justement intitulé « les best of du CREA’tif »… ainsi, le grand public peut se faire lui-même sa propre opinion, sans intermédiaires.
Aujourd’hui, le CREA’tif, c’est donc toujours un groupe mail et une newsletter pour un monde de la recherche et militant plus créatif, mais aussi un blog en plein développement, dont nul.le ne sait, aujourd’hui, quelle sera l’évolution future exactement, tant sont grands les délices de l’improvisation.

Il s'y agit, par l'intermédiaire de l'échange utilisant la fiction, mais aussi de posts beaucoup plus sérieux, de rendre à l'imagination tout son pouvoir de changer un réel trop souvent morne et oppressant.

« La fiction, jadis, c'était ce qui me permettait de tenir, lorsque la réalité que je vivais était trop dure.
Cela aussi, c'était un réel très très morne, et très très oppressant.
La newsletter du CREA'tif, c'est donc aussi le lieu pour parler de ce genre de réalités : »


Merci aux graffeurs lyonnais pour ce passage ("si papa te touche, dis le !!"),
qui fera au moins réfléchir les travailleurs sociaux de cette maison du Rhône-là.

En plus de la visite des best of du créa'tif, vous pouvez demander votre inscription à cette newsletter, là, en cliquant sur "abonnement" : le groupe riseup CREA'tif. Vous aurez ainsi à plein d’inédits, qui pour un certain nombre, ne seront jamais sur le blog, car tous ne peuvent être les « best of »…

Qu'est-ce que RiseUp ?
Cliquer ici pour le savoir.

Précision : le CREA'tif n'est pas sponsorisé par l'ANR, et n'a aucun rang au classement des revues par l'AERES.
Que cette dernière lui donnerait un majestueux rang A, il refuserait : en effet, le CREA'tif ne reconnaît aucune légitimité ni valeur scientifique ou qualitative à ce classement. C'est sa manière à lui de perpétuer et maintenir vif l'esprit du mouvement de 2007 et 2009.

Le CREA'tif est classé de rang A+++ à son propre applaudimètre, ce qui est le meilleur classement possible. Il est, en effet, parmi les plus prolifiques et foisonnantes des revues qui soient…hors classement !

Le CREA'tif soutient par son action et son existence l'appel à ne pas trahir 2009 : libérer l'Université, reconstruire un service public universitaire pour tous.
Le CREA'tif proteste vigoureusement contre toute augmentation des droits d'inscription universitaires, ou stages obligatoires dans les cursus, car ces choses-là minent tout espoir pour les enfants du peuple (ou les enfants de personne, comme l'auteure de ces lignes...) de pouvoir faire des études dans l'Université.
Il réclame le maintien des bourses sur critères sociaux pour les personnes entrant en doctorat, ce qui est un minimum même pas en vigueur aujourd'hui (la pauvreté s'arrêterait à l'entrée en thèse ? Ou bien sont-ce les enfants de pauvres qu'on arrête ainsi à l'entrée en thèse ?).
Il lutte résolument, par sa prose bien acérée, contre le mandarinat, cette scorie non expulsée de l’Université, et qui date, au moins, du haut moyen-âge, mais que beaucoup tolèrent…

Le CREA'tif, issu du peuple, se bat par sa plume pour le respect du peuple et de tou.te.s les déshérité.e.s qui en font partie.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire