Bienvenue sur ce blog. Pour suivre le fil de l'histoire si vous n'êtes jamais venu.e, le mieux est de cliquer sur le libellé « Présentation et entrée en scène des personnages importants de l'histoire ». Vous pouvez ensuite bifurquer par exemple vers « la Geste de Lyon 2 », « 22 les v'là - tonfa company story », « Autofiction », ou encore feuilleter les saynètes de votre choix dans « Les saynètes du crea'tif ».

Ou bien aller fureter, selon vos goûts et envies, dans les libellés thématiques : « Anthropologie », « Réflexions théoriques », « Micro-histoire (microstoria) », « Plaint'if : la plainte de Lyon 2 », « Revendica'tif », « Féminisme », ou encore « Etre victime ? Débat sur "l'être victime" et ses parcours - à partir de l'exemple de l'inceste ».

Tous les libellés sont visibles plus bas dans la page, colonne située sur votre droite.
Bien sûr, n'oubliez pas de commencer par les billets du bas de l'écran.


Bonne lecture à vous, espérant qu'elle vous sera plaisante.

jeudi 4 décembre 2014

Parrêsia


I - Le discours dominant

Extrait d'une expertise psychiatrique :

"Sophie PERRIN présente manifestement une pathologie [...termes savants expliquant que l'auteure des présentes lignes est complètement délirante, et que tout ce qui lui a été infligé au nom de l'université Lyon 2, c'est dans sa tête que ça se passe...], une psychorigidité, une tendance à l'obstination, à l'orgueil et au mépris." (Marc Lavie, expert psychiatre à Lyon)



Extrait d'un article sur la situation à Lyon 2, en novembre 2007 :

"La présidence de l'Université Lumière (Lyon II) a annoncé jeudi 15 novembre qu'elle avait décidé "de fermer temporairement" ses deux campus jusqu'à lundi 12h. Le campus de la Porte des Alpes, bloqué depuis lundi par une centaine d'étudiants qui protestent contre la loi Pécresse sur l'autonomie des universités, a été fermé dans la matinée de jeudi pour permettre aux personnels administratifs qui s'efforçaient de demeurer à leur poste "dans des conditions de travail et de sécurité difficilement admissibles" de rentrer chez eux, explique la présidence de l'université. (...) De surcroît les dégradations s'accroissent. Ce blocage et cette violence faite au personnel sont intolérables", peut-on encore lire dans le communiqué." (Source : nouvel Obs).


Extrait du discours de Brice Hortefeux du 20 octobre 2010 :

"J'en appelle d'abord à la responsabilité des parents afin de mettre en garde leurs enfants contre les risques physiques et pénaux qu'ils encourent en les laissant entraînés dans de tels mouvements.
J'en appelle à la responsabilité de tous. Il est temps de mettre fin aux blocages de dépôts de carburant. Il est temps de mettre un terme aux violences et à des débordements inacceptables.
Chacun doit bien en être convaincu :
nous ne laisserons pas bloquer le pays ;
nous ne laisserons pas les voyous impunis." (source : http://discours.vie-publique.fr/notices/103002255.html )


II - Le discours de Michel Foucault

« La parrêsia est donc, en deux mots, le courage de la vérité chez celui qui parle et prend le risque de dire, en dépit de tout, toute la vérité qu’il pense, mais c’est aussi le courage de l’interlocuteur qui accepte de recevoir comme vraie la vérité blessante qu’il entend » 




"A partir du moment où on n'a pas la parrêsia on est [...] obligé de supporter la sottise des maîtres. Et rien de plus dur que d'être fou avec les fous, d'être sot avec les sots. Cette mention du fait que, sans parrêsia, on est en quelque sorte soumis à la folie des maîtres, cela veut dire quoi et montre quoi ? Eh bien, cela montre que la parrêsia a pour fonction justement de pouvoir limiter le pouvoir des maîtres. Quand il y a de la parrêsia, et que le maître est là – le maître qui est fou et qui veut imposer sa folie, que fait le parrèsiaste, que fait celui qui pratique la parrêsia ? Eh bien justement, il se lève, il se dresse, il prend la parole, il dit la vérité. Et contre la sottise, contre la folie, contre l'aveuglement du maître, il va dire le vrai, et par conséquent limiter par là la folie du maître. A partir du moment où il n'y a pas de parrêsia, alors les hommes, les citoyens, tout le monde est voué à cette folie du maître."  

Michel Foucault, Le courage de la vérité. Le gouvernement de soi et des autres II, Cours au collège de France 1984, Paris, Gallimard Seuil.



III - Extraits infimes.

“Il y avait des CRS devant nous, d’autres derrière avec des chiens, explique une étudiante. La BAC était sur le côté. Ils ont fait des percées à grands coups de matraque pour interpeller ceux qu’ils voulaient. Ils les attrapaient, les mettaient à terre puis les traînaient. J’ai même vu une fille se prendre un coup de taser dans le ventre.

Parmi les personnes arrêtées figurent deux militants du syndicat FSE (majoritaire à Lyon 2), très actifs depuis le début du mouvement. L’enseignante poursuit :
“Ces arrestations sont clairement politiques puisque ces deux étudiants étaient présents à la réunion d’information. Ils n’ont donc pas pu participer à l’action ! En tant que membre de la liste ‘Pour une Autre Université’, j’étais favorable au boycott du vote de la présidence en estimant qu’il y avait d’autres questions à poser que celle portant sur le blocage et que cette consultation ne faisait que casser le mouvement et attiser les tensions. Les problèmes étaient courus d’avance.”
Dans un communiqué, plusieurs organisations dont l’Unef, la FSE, SUD et le PCF condamnent “les violences auxquels se sont livrés le vigiles, en perdant leur sang froid, et les violences policières ainsi que les arrestations préméditées”." (autour de Lyon 2, avril 2009 - article de Rue 89)




Des appels téléphoniques malveillants réitérés ? Ou bien...
Un unique appel téléphonique adressé à Madame Garcia, enseignante à Lyon 2, dans des circonstances bien particulières ?

« C’est exact. Cela doit dater du 4 février 2011. Juste après la conclusion d’un colloque où je me suis présentée. Je savais que j’étais interdite d’entrée à l’université. Je voulais juste que mon éviction soit visible car dans ces colloques il y a beaucoup de personnes que je connais (étudiants et professeurs).
Lors de cette éviction, j’ai été menacée par un vigile en ces termes « ne revenez surtout pas car cela pourrait très mal se passer pour vous mademoiselle ». Le ton employé m’a choquée et c’est sous le coup de ce choc émotionnel que j’ai téléphoné à Mme Garcia. » (PV de police de Sophie Perrin)


IV - Du juste.

Justice force.

Il est juste que ce qui est juste soit suivi. Il est nécessaire que ce qui est le plus fort soit suivi.

La justice sans la force est impuissante. La force sans la justice est tyrannique.
La justice sans force est contredite parce qu’il y a toujours des méchants. La force sans la justice est accusée. Il faut donc mettre ensemble la justice et la force, et pour cela faire que ce qui est juste soit fort ou que ce qui est fort soit juste.
La justice est sujette à dispute. La force est très reconnaissable et sans dispute. Ainsi on n’a pu donner la force à la justice, parce que la force a contredit la justice, et a dit qu’elle était injuste, et a dit que c’était elle qui était juste.
Et ainsi ne pouvant faire que ce qui est juste fût fort, on a fait que ce qui est fort fût juste.

Blaise Pascal, Les pensées.



La jus­­tice est « le res­­pect, spon­­ta­­né­­ment éprouvé et réci­­pro­­que­­ment garanti, de la dignité humaine, en quel­­que per­­sonne et dans quel­­que cir­­cons­­tance qu’elle se trouve com­­pro­­mise, et à quel­­que risque que nous expose sa défense. »
« Le droit est pour chacun la faculté d’exiger des autres, le res­­pect de la dignité humaine dans sa per­­sonne ; le devoir, l’obli­­ga­­tion pour chacun de res­­pec­­ter cette dignité en autrui » 

Pierre-Joseph Proudhon, De la Justice dans la Révolution et dans l’Eglise.


IV - La conclusion, en mots et en vidéo : obstination, vous avez dit obstination ? Pathologique, le fait de ne jamais renoncer, pour Monsieur Lavie ?

video

"Dans la guerre comme dans la paix, le dernier mot est à ceux qui ne se rendent jamais" (Devise du journal clandestin Combat, durant les années 1940)

1 commentaire:

  1. Les enseignant.e.s vacataires de Lyon 2 n'ont jamais renoncé, et c'est ainsi qu'ils.elles ont gagné :

    https://mobprecvaclyon2.wordpress.com/2015/03/11/mercredi-11-mars-2015-victoire-des-enseigant-e-s-vacataires-de-lyon2-et-de-leur-soutiens/

    RépondreSupprimer